Banque

De Ground.0_wiki
(Redirigé depuis C.A.B)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Banque de Ground 0 city est initialement une agence ad hoc dépendant d'Hydrox et chargée de sécuriser, puis de financer, et finalement superviser la construction de Ground 0 city. La Banque fera de nombreuses suggestions en vue d'en modifier les plans, dont beaucoup seront adoptées entre 2112 et 2114. Elles seront ensuite systématiquement rejetées, avant que la Banque perde tout droit de regard sur les plans, et se voit retirée la supervision du chantier, sa mission étant fortement recentrée sur les régulations commerciales.

Les compétences spéciales accordées à cette agence s'expliquent par le contexte du développement important du marché noir dans la cité en construction : Hydrox perd peu à peu le contrôle des camps de réfugiés et fait face à une fuite de capitaux, détournés par les oligarques, alors même que le crédit nouvellement institué perd de sa valeur. Destiné à soutenir le développement d'une économie légale et organisée, celui-ci peine en effet à s'imposer face au troc, aux trafics en tout genre, et à l'économie informelle qui s'est développée sur les cendres encore fumantes de l'Apocalypse, structurée par des relations de quasi-servage : les obligations.

Cette agence d'investigation, de maintien de l'ordre et de recouvrement, est créée en 2111 par la réorientation de la mission d'un bureau des services de sécurité d'Hydrox inc. originairement affecté au maintien de l'ordre et à la surveillance des camps 18 à 24 et de la zone Sud-Est du chantier.[1] Elle supervisait donc une douzaine de services. À cette mission s'ajouteront d'abord celle de mettre un terme au marché noir "par tous les moyens", afin d'en récupérer les bénéfices, et d'établir l'ordre sur toute la zone de Ground 0, en surface, puis des fonctions de renseignement, voire de véritable police politique. Ses détracteurs la surnomment rapidement "l'Inquisition". Hydrox lui donnera en outre le pouvoir de réglementer la zone, et paiera sa mansuétude lorsque les patriciens s'appuieront sur l'administration bancaire, qu'ils ont phagocytée, pour s'employer à légaliser le système de l'obligation, et contester à la firme l'administration des niveaux d'habitation - les pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif étant jusque là factuellement concentrés entre les mains de l'entreprise, habilitée à légiférer (définir son règlement interne), faire appliquer la "loi" (par son personnel), établir les infractions, et faire usage de la force pour protéger ses infrastructures. Les survivants de l'Holocauste étant en effet rassemblés dans son complexe, les protégeant de l'Hiver nucléaire. Ce sont donc le contrôle de tous les secteurs de la surface, et sa légitimité elle-même, qui menacent d'échapper à Hydrox, avec la main-mise de fait des oligarques sur l'institution. La compagnie devra alors s'acheter la docilité des patriciens, ainsi qu'une nouvelle légitimité politique, ce qu'elle fera en passant un pacte de reconnaissance et soutien mutuel avec le gouvernement provisoire. La Banque, sous sa nouvelle forme, est la concrétisation de cette alliance.

Cette institution est ainsi la charnière d'un accord de reconnaissance économique et juridique, par lequel le gouvernement provisoire et Hydrox se confèrent mutuellement une légitimité politique. Selon les périodes et les évènements politiques, elle penchera d'avantage d'un côté ou de l'autre. À la fin de la seconde décennie du XXIIème siècle, Hydrox s'est très nettement imposée comme la première autorité du complexe, achetant la coopération des patriciens, par la reconnaissance des contrats d'obligation, et en échangeant de grands volumes de liquidités contre des crédits sociaux.

La Banque deviendra alors la seule cour de justice formellement indépendante, bien que factuellement rattachée à la fois à Hydrox, qui en possède le capital, et au gouvernement des patriciens, qui en a rédigé les nouveaux Statuts. Elle sert notamment de tribunal et de fond de financement aux patriciens, qu'elle arrose généreusement sur les fonds d'Hydrox inc. tout en garantissant et régulant le système obligataire. Dans les faits, ce gouvernement, comme la Banque, ne sont après 2115 que des chambres d'enregistrement, traduisant en décrets et jugements les directives de la firme.

Il est en outre de notoriété publique que le gouvernement civil et la Banque sont gangrénés par une corruption à un degré extrême.

  1. Plus précisément, la directive instituant la Banque regroupe toutes les brigades affectées à la surveillance des niveaux d'habitation, encore largement en construction, sous le commandement du bureau 134 des services de sécurité d'Hydrox inc., et étend ses compétences pour lui donner, de fait, progressivement les pleins-pouvoirs sur la zone du chantier, et au delà dans sa répression du marché noir. Les services de supervision du chantier sont par la suite également rattachés à ce qui n'est encore que le Bureau de répression des fraudes, et qui sera renommé en 2113 la Banque des dépôts de Ground 0 city, puis simplement "la Banque".